L'auriculothérapie utilise les zones réflexes du pavillon de l'oreille afin de dépister et de corriger les déséquilibres. 

Le pavillon de l'oreille est un tableau de bord du corps humain. En effet, il existe au niveau de l’oreille une projection de points correspondants à différentes zones du corps. Cette cartographie, aussi appelée « somatotopie auriculaire » est aujourd'hui bien connue.

Elle est très ancienne et a été redécouverte et développée en 1951 par le docteur lyonnais : Paul NOGIER qui a mis en lumière une cartographie du pavillon auriculaire représentant le fœtus.

L’auriculothérapie consiste à détecter le point d’alarme responsable de la douleur de la zone en question. Le système nerveux véhicule l’information de dysharmonie jusqu’à l’oreille, le pavillon auriculaire servant ici de récepteur.

La correction consiste à agir sur le point douloureux. Elle s’effectue par les systèmes nerveux grâce à la transmission des stimulations par voies réflexes, le pavillon auriculaire ayant ici un rôle d’émetteur.

L’auriculothérapie permet également de ré-harmoniser le corps dans son ensemble, en utilisant notamment des tests de palpation des zones réflexologiques.

Les bienfaits de l'auriculothérapie

L’auriculothérapie est une excellente technique qui peut-être utilisée seule ou en complément d’autres techniques de santé. Elle possède de nombreux bienfaits, elle permet notamment :

  • De réduire les douleurs du corps entier : l’auriculothérapie est particulièrement indiquée pour traiter les douleurs du corps entier tel que l’arthrose, le lumbago, la névralgie, la sciatique, la cervicalgie, les migraines ainsi que les douleurs aux épaules et aux genoux. Cette pratique entraîne la libération d’endorphines, qui sont des hormones ayant la faculté d’augmenter la résistance à la douleur.

  • De réduire le stress et l’anxiété

  • De réduire les troubles du sommeil : l’auriculothérapie permet d’augmenter la durée du sommeil et d’en améliorer la qualité.

  • Elle est également indiquée pour les dépressions passagères et les addictions (au tabac, à l’alcool…).